Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Paypal contre-attaque Apple Pay| Liste des signataires de l'Appel pour le dialogue sur les freins de la croissance au Maroc | Les Pays-Bas annoncent 20 Mrds € pour la protection des montées des eaux | L’important de l’actualité du Mardi | Le ministre russe de l'Agriculture se félicite des relations avec le Maroc| 700 MDH d'investissements dans région de Tétouan | Reprise de la hausse du marché actions | Une OPR sur Médiaco Maroc | Le pipeline de l'OCP est déjà opérationnel | QNB devient le premier actionnaire d'Ecobank | Un PDG proche d'Ennahda se présente à la présidentielle en Tunisie | Orange mise 3,4 Mrds € sur l'espagnol Jazztel | Maurice Lévy rempile à Publicis | Le Luxembourg veut renforcer ses liens avec le Maroc | Un appel pour la redistribution de richesse | Vers un arrêt de la production à Maghreb Steel? | Le Maroc rassure sur son dispositif Ebola à la veille du Mondial et de la CAN | L’Algérie pense à ouvrir son espace aérien aux compagnies privées | Un Tour opérateur islandais programme Agadir pour cet hiver | 140 MDH d'investissements pour Al Tazaj au Maroc | Ouverture de 42 000 nouveaux comptes à CIH Bank en 2014 S1 | Alliance stratégique entre CIH et Atlanta | Retour des Assises du tourisme | Le Golf de Taghazout Bay opérationnel à fin octobre 2014 | Benkirane compte faire de nouveaux séminaires gouvernementaux | Med Paper gagne son bras de fer sur le papier A4 portugais | Performance transactionnelle timide de CIH Online | 100 Mrds DH pour la mise à niveau des infrastructures portuaires | Agadir confirme son dynamisme touristique en août | L'ONEE charge ALD Automative de son parc auto |

 

pub

 

L'Union européenne à la rescousse de l'Egypte

2012-11-19 | Egypte

L'Union Européenne vient d'accorder un soutien de 5 Mrds d'euros à l'Egypte, ce qui devrait faciliter la mobilisation des autres fonds en vue de mettre en oeuvre le plan de redressement économique. 

En effet, la Banque européenne d’investissement contribuera au programme d’aide financière à l’Egypte avec deux Mrds €. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement fournira aussi deux Mrds € quand l’appui des pays de l’Union Européenne sera d’un Mrd €. Ces fonds sont essentiellement destinés à financer des programmes de développement en Egypte entre 2012 et 2014.

Ce soutien vient après celui de la Turquie qui a programmé un prêt à long terme de 2 Mrds $ et les promesses de l’Arabie saoudite pour un appui de 1 milliard $. De même, le Qatar envisagerait un investissement de 8 Mrds $ dans le secteur de l’énergie (gaz, électricité…) et des industries.

Surtout , le gouvernement égyptien est en négociation avec le Fonds monétaire international (FMI) pour un prêt de 4,8 Mrds. 

La mobilisation de ces fonds rentre dans le cadre des efforts pour lutter contre les déficits jumeaux du budget et de la balance des paiements. En effet, ce répit permettrait l’application de réformes destinées à élever la croissance économique à 3,5% au cours de l'exercice 2012-2013, et de 4,5% au cours de l'exercice financier 2013-2014. 

Rappelons que l'Egypte fait face à des défis considérables dont le plus important est la reconstitution des réserves en devises (passées de 36 Mrds $ début 2011 à 14,4 Mrds $ actuellement).  Aussi, le creusement du déficit budgétaire (8% du PIB) pourrait menacer à terme la viabilité des subventions aux nombreux produits de nécessité. En effet, le financement de ce déficit est de plus difficile comme le montre le recours du gouvernement  à des emprunts significatifs auprès de la banque centrale.

D’où, un programme de réformes négocié entre le FMI et l'Égypte qui devrait probablement s'intéresser à trois dossiers clés: (1) la réorganisation du système de subventions (2) l'amélioration du système d'imposition fiscal en introduisant la TVA (3) meilleure flexibilité du taux de change face aux pressions du marché. 

En conclusion, l’Egypte est en bonne voie pour assurer son financement à moyen terme ce qui permettrait d’entamer les réformes structurelles sans pressions. En particulier, le nouveau gouvernement doit assurer la transition économique du modèle Moubarak au modèle actuel plus libéral.

 

 

Partager sur Facebook

 

  Politique | Economie et Finance | Bourse | Maghreb | France et Espagne
  Breves | Economie | International
  Philosophie | Methodologie | Edito de la Semaine | Espace de Telechargement | Notre Offre | Qui Sommes Nous?