Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le FMI en appelle aux investissements dans les infrastructures | Explosion des récoltes de cacao en Côte d’Ivoire ! | La BCE maintient ses taux au plancher | L'Etat Français va vendre 4 Mrds € d’actifs| Finale australo-saoudienne en Ligue des Champions d'Asie | Air France maintient sa stratégie sur Transavia | Volkswagen sur la chemin des 10 millions de véhicules vendus en 2014 | 17 MDH de charge de redressement fiscal pour Sothema | L’américain Mariott investira 1.5 Mrds $ dans hôtellerie en Afrique d'ici 2020 | Rockefeller foundation lance son activité au Maroc| Wiko se lancera sur le marché des smartphones au Maroc ! | Une hausse du paiement en ligne qui ne profite pas aux sites de deals | La Tunisie renforce la lutte contre la corruption par un portail | Légère hausse du chômage en Espagne| BMCE Bank opte pour une JV avec un leader mondial dans la finance islamique | Alstom décroche la maintenance de Taqa Maroc | Un taux de satisfaction de 84% pour les ORA de Risma | Une bonne participation marocaine au World Food de Moscou | Fin de l'entité juridique BIMO | La SNI comme fonds d'investissement? | 23 MDH comme résultat semestriel pour le CMI | Le FMI prévoit une croissance de 4% en Algérie | Les résultats de Médiafinance passent au vert | BMCE Bank confirme le début effectif de l'amnistie de change | 40 Mrds DH de CA pour l’industrie automobile en 2014 ? | Une décision émotionnelle de la France sur le tourisme au Maroc?| Baisse du marché publicitaire à fin août | Baisse de la croissance économique au deuxième trimestre 2014 | Explosion des investissements cinématographiques au Maroc | La BAD soutient le développement du secteur financier marocain |

 

pub

 

L'Union européenne à la rescousse de l'Egypte

2012-11-19 | Egypte

L'Union Européenne vient d'accorder un soutien de 5 Mrds d'euros à l'Egypte, ce qui devrait faciliter la mobilisation des autres fonds en vue de mettre en oeuvre le plan de redressement économique. 

En effet, la Banque européenne d’investissement contribuera au programme d’aide financière à l’Egypte avec deux Mrds €. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement fournira aussi deux Mrds € quand l’appui des pays de l’Union Européenne sera d’un Mrd €. Ces fonds sont essentiellement destinés à financer des programmes de développement en Egypte entre 2012 et 2014.

Ce soutien vient après celui de la Turquie qui a programmé un prêt à long terme de 2 Mrds $ et les promesses de l’Arabie saoudite pour un appui de 1 milliard $. De même, le Qatar envisagerait un investissement de 8 Mrds $ dans le secteur de l’énergie (gaz, électricité…) et des industries.

Surtout , le gouvernement égyptien est en négociation avec le Fonds monétaire international (FMI) pour un prêt de 4,8 Mrds. 

La mobilisation de ces fonds rentre dans le cadre des efforts pour lutter contre les déficits jumeaux du budget et de la balance des paiements. En effet, ce répit permettrait l’application de réformes destinées à élever la croissance économique à 3,5% au cours de l'exercice 2012-2013, et de 4,5% au cours de l'exercice financier 2013-2014. 

Rappelons que l'Egypte fait face à des défis considérables dont le plus important est la reconstitution des réserves en devises (passées de 36 Mrds $ début 2011 à 14,4 Mrds $ actuellement).  Aussi, le creusement du déficit budgétaire (8% du PIB) pourrait menacer à terme la viabilité des subventions aux nombreux produits de nécessité. En effet, le financement de ce déficit est de plus difficile comme le montre le recours du gouvernement  à des emprunts significatifs auprès de la banque centrale.

D’où, un programme de réformes négocié entre le FMI et l'Égypte qui devrait probablement s'intéresser à trois dossiers clés: (1) la réorganisation du système de subventions (2) l'amélioration du système d'imposition fiscal en introduisant la TVA (3) meilleure flexibilité du taux de change face aux pressions du marché. 

En conclusion, l’Egypte est en bonne voie pour assurer son financement à moyen terme ce qui permettrait d’entamer les réformes structurelles sans pressions. En particulier, le nouveau gouvernement doit assurer la transition économique du modèle Moubarak au modèle actuel plus libéral.

 

 

Partager sur Facebook

 

  Politique | Economie et Finance | Bourse | Maghreb | France et Espagne
  Breves | Economie | International
  Philosophie | Methodologie | Edito de la Semaine | Espace de Telechargement | Notre Offre | Qui Sommes Nous?