Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

40% d'entreprises algériennes menacées par l'adhésion à l'OMC? | Apple compte sur l'automne pour accélérer sa croissance | L'Espagne révise ses prévisions de croissance à la hausse | Barid Al Maghrib et le Crédit du Maroc s’allient | Les premières hausses des prix de l’électricité prévus le 1er août | Ouarzazate en retard sur ses objectifs de production cinématographique | Le Maroc demeure le premier client africain de l’Espagne | Fiat et Volkswagen se repositionnent au premier semestre | SM le Roi revient au Maroc au terme de sa visite en Arabie Saoudite | Des sidérurgistes marocains craignent les avantages accordés Shandong | Une récolte agricole correcte pour 2013/2014 | L'ANRT aurait autorisé la fibre optique de Maroc Telecom | L'Espagne désire l'instauration de passages commerciaux dans les frontières avec le Maroc | MFM se maintient à la tête des radios généralistes | 15ième anniversaire du décès de Hassan II| La protection civile livre sa version du drame de Bourgogne | Officialisation de l'investissement de 150 M$ de Shangang Group | Quiproquo autour du rôle de Larguet au SM Caen | Tanger a été la ville la plus inflationniste au premier semestre | Hausse du prix de l'Enseignement | Les news du jour | Nouvelle légère hausse du MASI | Baisse des prix à la consommation en juin | Baisse du déficit budgétaire au premier semestre | James Rodriguez s'engage au Real | Une production record de minerais de fer en Mauritanie | Apple anticipe de meilleures ventes pour l'iPhone 6 | Le tribunal ordonne la liquidation judiciaire de la Comarit | Pression sur la France pour ne pas livrer des Mistral à la Russie | CIH Bank supprime la date de valeur pour la clientèle des entreprises |

 

 

L'Union européenne à la rescousse de l'Egypte

2012-11-19 | Egypte

L'Union Européenne vient d'accorder un soutien de 5 Mrds d'euros à l'Egypte, ce qui devrait faciliter la mobilisation des autres fonds en vue de mettre en oeuvre le plan de redressement économique. 

En effet, la Banque européenne d’investissement contribuera au programme d’aide financière à l’Egypte avec deux Mrds €. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement fournira aussi deux Mrds € quand l’appui des pays de l’Union Européenne sera d’un Mrd €. Ces fonds sont essentiellement destinés à financer des programmes de développement en Egypte entre 2012 et 2014.

Ce soutien vient après celui de la Turquie qui a programmé un prêt à long terme de 2 Mrds $ et les promesses de l’Arabie saoudite pour un appui de 1 milliard $. De même, le Qatar envisagerait un investissement de 8 Mrds $ dans le secteur de l’énergie (gaz, électricité…) et des industries.

Surtout , le gouvernement égyptien est en négociation avec le Fonds monétaire international (FMI) pour un prêt de 4,8 Mrds. 

La mobilisation de ces fonds rentre dans le cadre des efforts pour lutter contre les déficits jumeaux du budget et de la balance des paiements. En effet, ce répit permettrait l’application de réformes destinées à élever la croissance économique à 3,5% au cours de l'exercice 2012-2013, et de 4,5% au cours de l'exercice financier 2013-2014. 

Rappelons que l'Egypte fait face à des défis considérables dont le plus important est la reconstitution des réserves en devises (passées de 36 Mrds $ début 2011 à 14,4 Mrds $ actuellement).  Aussi, le creusement du déficit budgétaire (8% du PIB) pourrait menacer à terme la viabilité des subventions aux nombreux produits de nécessité. En effet, le financement de ce déficit est de plus difficile comme le montre le recours du gouvernement  à des emprunts significatifs auprès de la banque centrale.

D’où, un programme de réformes négocié entre le FMI et l'Égypte qui devrait probablement s'intéresser à trois dossiers clés: (1) la réorganisation du système de subventions (2) l'amélioration du système d'imposition fiscal en introduisant la TVA (3) meilleure flexibilité du taux de change face aux pressions du marché. 

En conclusion, l’Egypte est en bonne voie pour assurer son financement à moyen terme ce qui permettrait d’entamer les réformes structurelles sans pressions. En particulier, le nouveau gouvernement doit assurer la transition économique du modèle Moubarak au modèle actuel plus libéral.

 

 

Partager sur Facebook

 

  Politique | Economie et Finance | Bourse | Maghreb | France et Espagne
  Breves | Economie | International
  Philosophie | Methodologie | Edito de la Semaine | Espace de Telechargement | Notre Offre | Qui Sommes Nous?