Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Maroc Telecom lance la musique en Streaming | Un projet de 2,3 Mrds $ au Mozambique pour Portucel | 4 usines de préfabrication de logements seront implantées en Algérie | Le Parlement européen valide la présidence de Juncker | Arnault optimiste pour le redressement de la France | Baisse du chômage en Espagne | Visite de Salahedine Mezouar en Mauritanie| Échec des négociations sur l'annulation de la grève générale? | L'USAID et CEED organisent un networking entre les entrepreneurs et des mentors internationaux| Maintien de la hausse du trafic dans les aéroports| Les petits porteurs se mobilisent pour la CGI| Reprise des travaux d’extension du Terminal 1 de Mohammed V | La BERD accorderait 120 M€ à la Tunisie en 2015 | Plus de 13 Mrds DH d’investissements pour le pilier II du Plan Maroc Vert | 100 MDH pour l'Ecole Centrale de Casablanca | Disway propose un clavier Amazigh | La CDG continuera à soutenir la CGI dans son développement | Joe Biden présidera la délégation américaine au sommet de l’entrepreunariat| Le Maroc a saisi le Quai d'Orsay sur son déclassement | L’Etat continue à régler ses impayés | Le Maroc fournit 22% de la production mondiale d’huile d’olive | Mise en service du parc thermo-solaire de CIMAR | Une inflation proche de zéro en septembre | Un autre signe de la CAF pour le maintien du calendrier de la CAN | Maroclear signe un accord avec la Bourse de Londres| Xavier Niel lance son projet de 1000 start-ups | 24 Mrds $ de droits télé pour la NBA! | Best of des news du mercredi 22 octobre | Le Salon du Cheval d'El Jadida veut valoriser son goodwill| CFG Group prévoit une vague d'introductions en 2015 |

 

pub

 

L'Union européenne à la rescousse de l'Egypte

2012-11-19 | Egypte

L'Union Européenne vient d'accorder un soutien de 5 Mrds d'euros à l'Egypte, ce qui devrait faciliter la mobilisation des autres fonds en vue de mettre en oeuvre le plan de redressement économique. 

En effet, la Banque européenne d’investissement contribuera au programme d’aide financière à l’Egypte avec deux Mrds €. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement fournira aussi deux Mrds € quand l’appui des pays de l’Union Européenne sera d’un Mrd €. Ces fonds sont essentiellement destinés à financer des programmes de développement en Egypte entre 2012 et 2014.

Ce soutien vient après celui de la Turquie qui a programmé un prêt à long terme de 2 Mrds $ et les promesses de l’Arabie saoudite pour un appui de 1 milliard $. De même, le Qatar envisagerait un investissement de 8 Mrds $ dans le secteur de l’énergie (gaz, électricité…) et des industries.

Surtout , le gouvernement égyptien est en négociation avec le Fonds monétaire international (FMI) pour un prêt de 4,8 Mrds. 

La mobilisation de ces fonds rentre dans le cadre des efforts pour lutter contre les déficits jumeaux du budget et de la balance des paiements. En effet, ce répit permettrait l’application de réformes destinées à élever la croissance économique à 3,5% au cours de l'exercice 2012-2013, et de 4,5% au cours de l'exercice financier 2013-2014. 

Rappelons que l'Egypte fait face à des défis considérables dont le plus important est la reconstitution des réserves en devises (passées de 36 Mrds $ début 2011 à 14,4 Mrds $ actuellement).  Aussi, le creusement du déficit budgétaire (8% du PIB) pourrait menacer à terme la viabilité des subventions aux nombreux produits de nécessité. En effet, le financement de ce déficit est de plus difficile comme le montre le recours du gouvernement  à des emprunts significatifs auprès de la banque centrale.

D’où, un programme de réformes négocié entre le FMI et l'Égypte qui devrait probablement s'intéresser à trois dossiers clés: (1) la réorganisation du système de subventions (2) l'amélioration du système d'imposition fiscal en introduisant la TVA (3) meilleure flexibilité du taux de change face aux pressions du marché. 

En conclusion, l’Egypte est en bonne voie pour assurer son financement à moyen terme ce qui permettrait d’entamer les réformes structurelles sans pressions. En particulier, le nouveau gouvernement doit assurer la transition économique du modèle Moubarak au modèle actuel plus libéral.

 

 

Partager sur Facebook

 

  Politique | Economie et Finance | Bourse | Maghreb | France et Espagne
  Breves | Economie | International
  Philosophie | Methodologie | Edito de la Semaine | Espace de Telechargement | Notre Offre | Qui Sommes Nous?