Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Les news les plus lues du 22 août 2014| Un discours mi-faucon mi-colombe de la FED| Légère hausse du MASI dans une séance classique| Situation stable de la fièvre aphteuse en Algérie? | Réunion des banquiers centraux du monde à Jackson Hole | Washington considère Daich comme plus dangereuse qu'Al Qaida | FUS-OCK inaugure le championnat marocain 2014-2015 | Le gouvernement ne négociera pas la réforme des retraites avec les syndicats | Vers un transfert de 10 prisonniers français en France | La presse souligne l'hommage royal à l'OCP | Méditel veut avancer sur la 4G | Des clients mystères pour vérifier le classement des établissements touristiques | L'Allemagne réclame à Julius Baer des fonds de la RDA | Hausse de la consommation électrique | 21 000 détenus n'auraient jamais dû être emprisonnés selon le CNDH | La BAD confirme son déménagement du Technopolis | Plus d'alcool chez Acima? | Air Algérie s'estime dénigrée par pur intérêt | La FIFA dément le dessaisissement du Maroc du Mondial des clubs| 1,6 millions de travailleurs étrangers en Espagne | Près de 17 Mrds $ d'amende transactionnelle pour Bank of America | Mécontentement chez les frontaliers algériens suite au durcissement contre la contrebande | 9,8% de chômage en Algérie | Revue à la hausse du butin dérobé au prince saoudien | Le ministre turc des Affaires Étrangères devrait succéder à Erdogan | Puma dans le capital de Borussia Dortmund | Commémoration de la fête de la jeunesse | Le Maroc renforcera ses liens avec la Russie et la Chine| Les syndicats seront représentés dans la Chambre des Conseillers | L'Argentine tente de contourner les États-Unis pour régler sa dette|

 

 

L'Union européenne à la rescousse de l'Egypte

2012-11-19 | Egypte

L'Union Européenne vient d'accorder un soutien de 5 Mrds d'euros à l'Egypte, ce qui devrait faciliter la mobilisation des autres fonds en vue de mettre en oeuvre le plan de redressement économique. 

En effet, la Banque européenne d’investissement contribuera au programme d’aide financière à l’Egypte avec deux Mrds €. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement fournira aussi deux Mrds € quand l’appui des pays de l’Union Européenne sera d’un Mrd €. Ces fonds sont essentiellement destinés à financer des programmes de développement en Egypte entre 2012 et 2014.

Ce soutien vient après celui de la Turquie qui a programmé un prêt à long terme de 2 Mrds $ et les promesses de l’Arabie saoudite pour un appui de 1 milliard $. De même, le Qatar envisagerait un investissement de 8 Mrds $ dans le secteur de l’énergie (gaz, électricité…) et des industries.

Surtout , le gouvernement égyptien est en négociation avec le Fonds monétaire international (FMI) pour un prêt de 4,8 Mrds. 

La mobilisation de ces fonds rentre dans le cadre des efforts pour lutter contre les déficits jumeaux du budget et de la balance des paiements. En effet, ce répit permettrait l’application de réformes destinées à élever la croissance économique à 3,5% au cours de l'exercice 2012-2013, et de 4,5% au cours de l'exercice financier 2013-2014. 

Rappelons que l'Egypte fait face à des défis considérables dont le plus important est la reconstitution des réserves en devises (passées de 36 Mrds $ début 2011 à 14,4 Mrds $ actuellement).  Aussi, le creusement du déficit budgétaire (8% du PIB) pourrait menacer à terme la viabilité des subventions aux nombreux produits de nécessité. En effet, le financement de ce déficit est de plus difficile comme le montre le recours du gouvernement  à des emprunts significatifs auprès de la banque centrale.

D’où, un programme de réformes négocié entre le FMI et l'Égypte qui devrait probablement s'intéresser à trois dossiers clés: (1) la réorganisation du système de subventions (2) l'amélioration du système d'imposition fiscal en introduisant la TVA (3) meilleure flexibilité du taux de change face aux pressions du marché. 

En conclusion, l’Egypte est en bonne voie pour assurer son financement à moyen terme ce qui permettrait d’entamer les réformes structurelles sans pressions. En particulier, le nouveau gouvernement doit assurer la transition économique du modèle Moubarak au modèle actuel plus libéral.

 

 

Partager sur Facebook

 

  Politique | Economie et Finance | Bourse | Maghreb | France et Espagne
  Breves | Economie | International
  Philosophie | Methodologie | Edito de la Semaine | Espace de Telechargement | Notre Offre | Qui Sommes Nous?