Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Dette Privee

Les résultats semestriels sont l’occasion de la révision majeure de la liste des émetteurs à endettement risqué. Nous avons aussi tenu compte du newsflow des différentes sociétés ayant une dette privée. 

Ainsi, nous retirons de cette liste Jet Contractors, qui était est sous surveillance positive. En effet, tout d’abord, la société a tenu sa promesse avec un RN consolidé de 67,2 MDH contre 28,9 MDH en 2016 S1. Surtout, la dette bilantielle de 560 MDH ne représente plus que 1,2 fois l’EBITDA, sachant que l’encours de crédit-bail est de 234,6 MDH notamment à cause de l’opération 2015 de lease back du site Oued Ykkem (183 MDH). Ce lease-back est théoriquement adossé à des actifs réels.

Pour ADM et l’’ONCF, nous avons hésité à cause de l’engagement répété de l’Etat avec la garantie de la nouvelle dette bancaire et des nouveaux emprunts à l’étranger. Toutefois, ces garanties cachent aussi une difficulté de levée sur le marché de la dette privée à cause des ratios élevés d’endettement. D’ailleurs, même l’ONEE a recours à la titrisation de créances commerciales en préférence à l’émission plus simple de Billets de Trésorerie. Par ailleurs, il est difficile d’imaginer un créancier attaquer l’Etat pour soutien abusif en cas de défaillance de ces émetteurs. 

Ainsi, nous les maintenons ADM et l’ONCF dans notre liste de dette privée à risque.  Celle-ci compte actuellement, ADM, Alliances, Alliances Darna, Maghreb Steel, l’ONCF, la Samir et Zalar.

Pour Autoroutes du Maroc, au 30 juin 2017, la dette nette a atteint 40 Mrds DH (-1%) soit 179% des fonds propres et 27,1 fois l'EBITDA. Le coût de l’endettement financier a absorbé pour sa part 135% l’EBITDA. ADM a aussi dégagé un RNPG semestriel de de -429 MDH en 2017 S1 contre -845 MDH lors du premier semestre de l'année dernière. 

Alliances a annoncé une dette nette de 5,2 Mrds DH à fin juin 2017 contre 6,7 Mrds DH à fin juin 2016 et 5,9 Mrds DH à fin 2016. Cette dette représente 325% les fonds propres et 9,1 l’EBITDA. Aussi, l’émetteur est techniquement en défaut de paiement, même si Alliances promet une dette nette de 2,9 Mrds DH à fin 2017 après l’exécution des protocoles I et II de la dette privée. Aussi, les commissaires aux comptes ont signalé plusieurs remarques plutôt négatives comme le fait que les avances de trésorerie engagées pour le compte de certaines filiales en difficulté pour un montant de 91 MDH ne sont pas provisionnées. Enfin, le RNPG est passé de 19,5 MDH en 2016 S1 à 32,4 MDH en 2017 S1.

Dans la même situation que sa maison mère, Alliances Darna affiche une dette nette de 3,1 Mrds DH en baisse de 6% sur un semestre. Cette dette représente 160% des fonds propres et 11 fois l’EBITDA avec des charges financières qui absorbent 61% de l’EBITDA. 

Quant à l’ONCF, la dette nette en 2017 S1 a atteint 34,1 Mrds DH, en hausse de 5,6% sur un semestre. Ce niveau représente 128% des fonds propres et 22,3 fois l’EBITDA. De même, la charge financière nette absorbe 74% de l’EBITDA. Aussi, en 2017 S1, le RNPG s’est maintenu dans le rouge à -461 MDH contre -452 MDH en 2016 S1. 

Au niveau de Maghreb Steel, la dette nette est de 6,1 Mrds DH en quasi-stabilité. Les fonds propres sont toujours négatifs à fin juin 2017 au niveau de -137 MDH. Aussi, la dette nette représente aussi 20,4 fois l’EBITDA. Par ailleurs, si le résultat opérationnel est dans le vert à 32,9 MDH contre 14,8 MDH en 2016 S1, le RNPG est quasi-stable à -30 MDH avec des frais financiers nets qui absorbent 45% de l’EBITDA ; 

Au sujet de la SAMIR, le raffineur est en liquidation judiciaire avec de grosses difficultés pour le tribunal de commerce pour sélectionner offres offres de reprise des actifs pour un montant qui serait compris entre 20 et 30 Mrds DH, sachant que la valeur du patrimoine de la Samir calculée par les experts était ressortie à 21,6 Mrds DH. Surtout, les contraintes de la liquidation judiciaire pourraient faire capoter la reprise des actifs à moins d’une intervention des pouvoirs publics. 

Pour Zalar, la dette nette a atteint 2,2 Mrds DH en hausse de 10% sur le semestre. Cette dette représente 6,4 fois les fonds propres part du groupe et 10,6 fois l’EBITDA. Les frais financiers ont absorbé en 2017 S1, 47% de l’EBITDA. Pour sa part, le RNPG est passé de 78,4 MDH en 2016 S1 à 15,4 MDH en 2017 S1. 

Enfin, rappelons que cette liste est issue d’une appréciation interne à Flm sur la base des critères relatifs à l’actionnariat/management, l’importance de la dette et le poids de la charge financière. Ceci nous permet de déceler les émetteurs d’obligations dont le niveau d’endettement est à surveiller. Naturellement, ceci ne signifie pas automatiquement une recommandation de vente de cette obligation pour les investisseurs non averses au risque mais plutôt une invitation à un pricing correct du risque avec une prime appropriée.  

 

Avertissement

Le présent document est destiné à un usage purement informationnel. Les analyses et les informations citées proviennent de différentes sources publiques que nous pensons être correctes et raisonnables. Toutefois, nous ne pouvons garantir l’exactitude des informations collectées. 

Par ailleurs, il est également porté à votre connaissance que les valeurs mobilières (actions ou obligations) comportent un risque substantiel dû notamment aux événements non prévisibles. Dans tous les cas, la responsabilité de FL Markets et flm.ma ne pourrait être engagée.

 

 

Last News

Widget Résumé technique fourni par Investing.com France.

Subscribe To Our Mailing List

TOP Hausses & Baisses

Updated: 2017-10-17
 

M2M GROUP

9.99%

20.53%

MICRODATA

9.98%

76.20%

INVOLYS

9.03%

54.22%

FENIE BROSSETTE

8.84%

82.96%

ZELLIDJA

5.98%

77.21%

JET CONTRACTORS

-6.39%

137.03%

LABEL VIE

-4.83%

20.60%

LYDEC

-4.55%

14.89%

SNEP

-3.64%

288.99%

STOKVIS NORD AFRIQUE

-3.23%

-5.83%

SONDAGE

Êtes-vous confiants dans les perspectives marocaines ?