f
Warning: session_start(): Cannot send session cookie - headers already sent by (output started at /home/mzconsei/public_html/flm.ma/emissions.php:1) in /home/mzconsei/public_html/flm.ma/emissions.php on line 40

Warning: session_start(): Cannot send session cache limiter - headers already sent (output started at /home/mzconsei/public_html/flm.ma/emissions.php:1) in /home/mzconsei/public_html/flm.ma/emissions.php on line 40
Nouvelles Emissions

LEGATUS

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Nouvelles Emissions

L'AMMC a visé la note d'information relative à l'émission par Wafasalaf d'un emprunt obligataire subordonné d'un montant de 250 MDH. La maturité est de 7 ans avec un remboursement du principal in fine. Ainsi, comme d’habitude nous allons analyser à Flm, cette nouvelle levée de dette privée. 

Pour cet emprunt, la prime de risque proposée est comprise entre 80 et 90 pbs pour la tranche à taux révisable annuellement (83 MDH). Pour la tranche à taux fixe (167 MDH), la prime de risque est comprise entre 90 pbs et 100 pbs. La période de souscription est prévue du 25 au 27 septembre 2017 inclus. 

Le choix de l’emprunt obligataire subordonné, permet à Wafasalaf de maintenir sa présence sur le marché des capitaux et de diversifier ses sources de financement tout en renforçant les fonds propres réglementaires actuels ainsi que le ratio de solvabilité. En effet, pour rappel, l’obligation subordonnée se distingue de l’obligation classique en cas de liquidation de l’émetteur, par le conditionnement du remboursement de l’obligation au désintéressement de tous les créanciers privilégiés ou chirographaires.

Au niveau de l’actionnariat, Wafasalaf est une filiale conjointe d’Attijariwafa et du groupe français du Crédit Agricole. Ainsi, au 31 août 2017, le capital social de Wafasalaf est détenu en majorité par Attijariwafa bank (50,91%) et CACF (Crédit Agricole Consumer Finance) qui détient 49,00% du capital. 

Pour la signature, Wafasalaf, est un acteur connu du marché de la dette prévu car au 31 août 2017, l’encours des bons de sociétés de financement de Wafasalaf s’établit à 2.175 MDH. Aussi, Wafasalaf a déjà procédé à des émissions obligataires en 2004, 2008 et 2014. Actuellement, Wafasalaf doit rembourser un emprunt obligataire de 200 MDH à amortissement in fine qui arrive à échéance le 07/11/2019.

En 2016, les encours bruts globaux du secteur des crédits à la consommation s’établissent à plus de 50,1 Mrds DH. Ils sont composés principalement des crédits non affectés, avec une part de 51,9%. Concernant les crédits affectés, ces derniers sont essentiellement destinés à l’achat de véhicules (98,0%). Par ailleurs, le taux de créances en souffrance du secteur a atteint 10,7% en 2016 contre 12,1% en 2015.

Pour sa part, en 2016, le réseau de distribution de Wafasalaf est basé sur 44 agences en propre, en plus de 484 intermédiaires et 57 points dans la grande distribution. Ainsi, l’activité propre de Wafasalaf génère près de 80% de son PNB malgré la production gérée pour le compte de tiers (Attijariwafa bank, Crédit du Maroc, Renault Crédit International et Crédit Agricole du Maroc). Concernant le portefeuille produit, Wafasalaf a réalisé, en 2016, plus de 50% de sa production portée sur le segment Automobile, suivi du Prêt Personnel (39,7%) et du segment Equipement des ménages (8,9%).

En 2016, la part de marché de Wafasalaf affiche une hausse de 0,9 point en termes d’encours, à 28,5% contre 27,5% au titre de l’exercice précédent. Toutefois, la part de marché de Wafasalaf en termes de production enregistre une baisse de 1,4 points pour s’établir à 28,2% de la production du marché en 2016 (contre 29,7% en 2015).

Pour les réalisations financières, en 2016, Wafasalaf a dégagé un PNB de 991 MDH, en hausse de 2,3%. Le coefficient d’exploitation est en progression de 0,6 point à 38,0%. Ainsi, le RBE a enregistré en 2016 une hausse de 2,6% pour s’établir à 631,7 MDH. Pour sa part, le résultat courant a affiché une progression de 4,5% grâce à la hausse du RBE et la baisse de 5,4% du coût du risque. In fine, le résultat net 2016 s’est amélioré de 0,8% à 343,3 MDH après un recul du non courant de 69%. En consolidé, en 2016, le résultat net s’établit à 334,3 MDH, en baisse de 4,6% sur l’exercice.

Pour les résultats 2017 S1, le PNB s’établit à 499,6 MDH en baisse de 0,7% par rapport à juin 2016. Aussi, le coefficient d’exploitation est en progression de 2,4 pts à 38,9%. Ainsi, le résultat brut d’exploitation de Wafasalaf enregistre en juin 2017 une baisse de 4,4% pour s’établir à 314 MDH. Aussi, la hausse du coût du risque de 24% à 73 MDH a provoqué une baisse de 11,7% du résultat courant à 238,2 MDH. Dans le même sillage, le résultat net a reculé de 10,6% à 162,5 MDH. En juin 2017, le résultat net consolidé s’établit à 145,9 MDH, en baisse de 7,7% par rapport au premier semestre de l’exercice précédent. Enfin, pour 2017, Wafasalaf prévoit la réalisation d’un PNB d’environ 968 MDH (-2,3%) et d’un résultat net d’environ 341 MDH (-0,7%).

Globalement, pour 2016 et 2017 S1, Wafasalaf semble pâtir d’une hausse modérée des crédits (-2,9% en 2016 et +1% en 2017 S1) contrairement aux financements en location (+ 37,1% en 2016 et +11,1% en 2017 S1). Ainsi, la part des financements en location est passée de 29,7% à fin 2015 à 39,6% à fin juin 2017, sachant que ces derniers sont souvent à plus faible marge de PNB. Un autre point a pu peser sur les bénéfices, est en lien avec la part du financement bancaire passée dans la même période de 40,1% des ressources à 46,1%. 

In fine, pour une société financière, la solvabilité est essentiellement mesurée par le risque crédit et le niveau des créances en souffrance ainsi que leur coût au niveau des comptes. Ainsi, au terme de l’exercice 2016, les créances en souffrance de Wafasalaf se sont établies à 1.277 MDH en baisse de 0,6%, ce qui représente 8,8% de l’encours global. Le taux de couverture est à 86,1% en 2016 (contre 87,1% en 2015). Aussi, le coût net du risque est de 115 MDH soit 22% du RBE. En 2017 S1, le niveau du risque est à 8,7% avec un taux de couverture de 85,3%.

Par ailleurs, en 2016, le ratio de solvabilité de Wafasalaf atteint 12,03%, en baisse de 0,4 pt par rapport à l’exercice antérieur. Le ratio Tier One s’affiche à 11,61%, soit 0,03 pt de moins qu’en 2015. A fin juin 2017, le ratio de solvabilité de Wafasalaf atteint 12,08%, en hausse de 0,1 pt par rapport à fin 2016. Le ratio Tier One s’affiche à 11,41%, soit 0,23 pt de moins qu’en 2016. Enfin, au titre de l’année 2016, la rentabilité des fonds propres de Wafasalaf s’établit à 18,2% (-0,2 point par rapport à 2015) quand le ROA est de 2,5% en 2016, en baisse de 0,2 point par rapport à 2015.

En conclusion, Wafasalaf présente un bon profil d’actionnariat et affiche des ratios corrects en termes de risque. De même, la rentabilité est à des niveaux élevés même si les bénéfices sont sous la pression des marges. Aussi, le Tier One est à un niveau satisfaisant, ce qui nous amène à inclure l’obligation Wafasalaf dans notre univers d’investissement de dette privée. 

 

 

Last News

Widget Résumé technique fourni par Investing.com France.

Subscribe To Our Mailing List

TOP Hausses & Baisses

Updated: 2017-10-19
 

M2M GROUP

10.00%

19.52%

ALLIANCES

3.67%

174.89%

TIMAR

2.89%

-26.04%

ATLANTA

2.69%

32.68%

S2M

1.86%

22.07%

IB MAROC.COM

-6.47%

38.30%

STROC Industrie

-6.14%

2.77%

SOCIETE METALLURGIQUE D'IMITER

-5.98%

19.54%

INVOLYS

-5.63%

39.05%

ENNAKL

-4.42%

-11.12%

SONDAGE

Quelle est votre appréciation des opérations de titrisation ?